EPERNAY AGGLO et CORBEIL ESSONNE EN REGIE CE 1er JANVIER 2022

Depuis le 1er janvier, la gestion de l’eau potable est désormais assurée en régie publique par Epernay agglomération. Après plus d’un siècle de gestion privée, assurée par la Société des eaux, devenue ensuite Veolia, l’intercommunalité a décidé de reprendre la main sur la gestion du service, l’entretien et l’exploitation du patrimoine de production, de distribution, la facturation, la relation avec les abonnés ou encore le déploiement des compteurs.

http://www.lhebdoduvendredi.com/article/42165/la-gestion-de-leau-potable-devient-publique

  A noter qu’Epernay agglomération fait 48 000 h;  à comparer avec la Communauté d’Agglomération d’Hénin Carvin de 126 000 h,  dont l’expertise estime que « le territoire est trop petit pour assumer une gestion en régie »    la VDN.

 

* La ville de Corbeil Essonne est passée en régie publique ce 1er janvier 2022 et rejoint la régie de Grand Paris Sud.                                        (par « coordination eau »)

https://eau-iledefrance.fr/corbeil-essonnes-en-regie-publique-depuis-le-1er-janvier-2022/

L’OGRE VÉOLIA CROQUE SUEZ

 L’Ogre Veolia  a croqué Suez à coup de surenchère sur le prix de l’action.

Un article de la coordination eau Ile de France

19 avril 2021

Voilà quelques jours le rideau tombait sur l’un des combats boursiers les plus féroces de la place de Paris. L’Ogre Veolia  a croqué Suez à coup de surenchère sur le prix de l’action.

La Coordination EAU Île-de-France avait déjà dénoncé (lire ici) cette opération qui, selon nous, sera une catastrophe pour les personnels des deux sociétés, pour les usagers de l’eau mais aussi pour les services de l’eau en gestion délégué (les DSP) avec la disparition de la petite concurrence que se faisaient ces deux sociétés.

Ce que nous n’avions pas imaginé c’est l’implication du pouvoir au plus haut niveau dans l’évolution de cette affaire. Selon l’enquête de Martine Orange dans Médiapart, victoire de Veolia sur Suez: un succès par complicité politique, par-delà le rôle trouble du ministre Le Maire qui avait choisi le camp de Veolia dès le départ, on voit apparaitre Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée, un ancien conseiller de l’Elysée, le responsable des levées de fonds pour la campagne d’En Marche, le beau père d’un ministre et bien d’autres. Est-ce que chacun se gave au passage, l’avenir le dira peut-être.

En dehors des actionnaires de Veolia, de Suez et de la Macronie, il n’y a que des perdants dans cette affaire.

Les salarié.e.s de Suez car ils vont passer à la moulinette des futurs acheteurs: leurs représentants l’ont bien compris car ils sont les seuls à s’être opposés jusqu’au bout à l’opération boursière.

Les salariée.s de Veolia car cette opération aggrave très lourdement un endettement déjà conséquent et va donc accentuer la casse déjà en cours, avec une succession de plans sociaux ces dernières années.

Les usager.e.s de l’eau car, à la fin, il faudra bien que quelqu’un paye cette opération boursière. Beaucoup de dettes, pas de concurrence, tout ira pour le mieux dans les délégations de service public et autres SEMOP de Veolia, en tout cas c’est bien ainsi que le voit Antoine Frérot.

Cette farce nous renforce et nous rend encore plus déterminé.e.s dans notre combat de tous les jours.

Personne n’a le droit de faire de l’argent sur le dos de ce Bien Commun qu’est l’EAU.

Plus que jamais il faut revenir partout à une gestion publique et citoyenne de l’eau.

Partout les citoyen.ne.s, les élu.e.s, les personnels doivent unir leurs forces pour faire de l’EAU PUBLIQUE un enjeu du 21ème siècle.

Eau douce : l’urgence à limiter nos besoins

La question du manque d’eau douce se pose de plus en plus, même en France où le climat est pourtant tempéré. Quelle est la situation aujourd’hui, et qu’en sera-t-il demain avec le réchauffement climatique ? Evolution des prélèvements, du niveau des rivières et des nappes phréatiques, de la pluviométrie… Le point avec Claire Magand, hydrologue à l’Office français de la biodiversité.

L’age de faire Eau douce  l’urgence à limiter nos besoins

SDAGE Artois Picardie 2022-2027

Mars 2021  Le Comité de bassin Artois Picardie donne un avis favorable au projet de schéma directeur de gestion de l’eau 2022-2027

Vous pouvez voir l’ensemble des infos sur le site de l’Agence de l’eau Artois -Picardie ou en copiant le lien ci-dessous .

https://www.eau-artois-picardie.fr/le-comite-de-bassin-artois-picardie-donne-un-avis-favorable-au-projet-de-sdage-2022-2027

 

Avec le changement climatique quel avenir pour nos ressources en eau ?

Quel sera l’impact du changement climatique sur l’eau de notre planète ?

Le CNRS vient de lancer une cellule eau pour coordonner les recherches en la matière.

Des nappes phréatiques à la biodiversité des sols, de la circulation atmosphérique aux systèmes d’irrigation, la science observe à différentes échelles les transformations en cours. Quatre scientifiques nous rappellent à quel point la question de l’approvisionnement en eau au niveau mondial, entre adaptation et compétition, est aujourd’hui cruciale.

À écouter sur ce lien en 23 mn:

https://lejournal.cnrs.fr/audios/avec-le-changement-climatique-quel-avenir-pour-nos-ressources-en-eau

   * évapotranspiration plus importante (et moins d’eau au sol).       * précipitations intenses plus nombreuses.                                            * si sols moins poreux et gorgés d’eau = destruction de la µflore    * décalage dans les précipitations:  eau plus abondante en hiver, sècheresses en été.                                                                         * accentuation de la compétition dans une économie marchande.                               ……….

 

Une association partenaire d’eau…secours 62: Noeux Environnement

Noeux Environnement est une association adhérente d’eau secours.   Ses objectifs sont multiples autour d’activités permettant la préservation des milieux naturels, l’initiation à un autre type de culture, la découverte de la faune et de la flore locale.

Nous savons que la qualité des sols et des zones humides est d’ une grande importance sur la qualité de la nappe phréatique dont nous nous alimentons, et de l’eau en général.

Entretenir les cours d’eau, stopper le ravinement des terrils du 11-19 à Loos en Gohelle, entretenir un jardin d’insertion, monter un espace de permaculture …    Il parait que « l’exemple n’est pas le meilleur moyen de convaincre, c’est le seul »   Gandhi …

Plus de précisions ci dessous.

Bulletin mars 2021

LA QUESTION DE L’EAU DANS LE BOULONNAIS

L’eau potable, une denrée rare, à surveiller, dans le Boulonnais, d’après la Commission Locale de l’Eau du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE du Bassin côtier du Boulonnais).

Pourtant les dirigeants de la Communauté Urbaine du Boulonnais viennent de valider le projet d’élevage géant de saumons:  Pure Salmon, qui sera (notamment) gros consommateur d’eau douce.

L’emploi à tout prix ? quelles qu’en soient les conséquences ? N’est il pas temps de revoir l’orientation de nos productions et de notre consommation ?  Le dessalement de l’eau de mer est-il vraiment envisageable en cas de pénurie, avec son coût énergétique ?

Un élu met en garde: « Vous vous expliquerez avec les Boulonnais quand ils manqueront d’eau »

Ci dessous le communiqué de presse d’eau secours 62 porté par Catherine Papyle du groupe local, et un article de Reporterre sur le sujet.

« Usine » à Saumons et Eau, dans le Boulonnais :

On marche sur la tête !

Les élus de la CAB ont récemment délibéré sur 2 dossiers:

  • La gestion de l’eau : le vote d’une D.S.P ( Délégation de Service Public) à Véolia et un certain nombre de travaux destinés , entre autres à optimiser la ressource en eau.

    Rappelons à ce sujet que EAU Secours 62 a toujours été favorable à une gestion du service de l’eau en régie publique pour éviter la réalisation de bénéfices au seul profit d’une entreprise privée et de ses actionnaires.

  • L’implantation d’une « usine » à poissons  ( saumons)

Outre le caractère très discutable de la production de poissons, niant tout respect des milieux vivants, ses incidences, la question du « pourquoi » de ce type d’exploitation est complètement éludée.

Mais au-delà de ces considérations, on apprend que cette installation va absorber une quantité d’eau très importante.

Or , depuis au moins 2014, le S.A.G.E ( Schéma d’Aménagement et Gestion de l’ Eau) pointe le doigt sur une situation problématique dans le Boulonnais : la ressource en eau peut être menacée , notamment en période estivale et de sécheresse.

De surcroît, le Plan Climat Eau Energie Territorial comprend un volet sur la ressource en eau de notre territoire boulonnais , confirmant l’impérieuse nécessité de l’ économiser et de la préserver !

Et l’on sait que les plus gros consommateurs d’eau sont les entreprises , voire les productions agricoles.

Dès lors , quelle(s) solution(s) ?….

Peut-on raisonnablement, dans ce contexte, poursuivre les schémas des politiques de développement économiques et touristiques tant défendues par nos élus communautaires ?…

La solution préconisée est de trouver d’autres sources de production d’eau comme la désalinisation de l’eau de mer.

Mais qui va payer ?…

Avec quelles conséquences ces initiatives vont -elles aboutir sur le plan environnemental, écologique et financier ?….

N’est-il pas temps de raison garder et d’engager des politiques de bon sens pour plus d’humilité, de sobriété, sans que celles-ci ne se fassent aux dépens des habitants, déjà lourdement sollicités par des projets coûteux, et avec quels impacts pour la qualité de vie et de service ?… »           eau secours 62

  Reporterre:          « En 2024, près de deux millions de saumons seront produits chaque année dans une ferme aquacole intensive, dans le Pas-de-Calais. Des accidents dans de telles structures ont déjà causé la mort de plusieurs centaines de milliers de poissons. Le projet — et son corollaire, une forte densité d’élevage — soulève d’importantes questions éthiques. »

A-Boulogne-sur-mer-un-elevage-industriel-de-saumons-desastreux-pour-le-bien-etre-animal

https://reporterre.net/A-Boulogne-sur-mer-un-elevage-industriel-de-saumons-desastreux-pour-le-bien-etre-animal

LA GESTION DE L’EAU À LA CAHC (HÉNIN-CARVIN)

L’Agglo d’Hénin-Carvin vient de reconduire les délégations de service public (DSP) au privé (Véolia) de l’assainissement collectif et non collectif jusque 2027. Mais les contrats de production et de distribution de l’eau potable arrivent à échéance en 2022 et 2023. L’occasion d’une réflexion sur une gestion en régie ?

Dans son intervention au conseil communautaire, Marine Tondelier rappelle qu’une coopération entre les différentes Agglos du pôle métropolitain de l’Artois pourrait être établie en vue d’une gestion en régie:  CAHC + CALL (Lens-Liévin) + CABALLR (Béthune-Bruay). Cette dernière venant justement de décider la mise en place d’une gestion publique en régie de l’eau et de l’assainissement.

La mise en route d’une régie pourrait recevoir l’appui du regroupement des régies françaises « France Eau Publique », ainsi que l’expertise de spécialistes indépendants des cabinets privés  souvent sollicités par les dirigeants d’Agglos.

Ci dessous l’intervention de Marine Tondelier au conseil communautaire du 11 février 2021.

« L’état de l’eau sur notre territoire est au cœur de notre mission. Les services de la CAHC sont très vigilants pour que nous puissions continuer à boire une eau de qualité. Nous pouvons leur faire confiance et les remercions d’être aussi attentif.

Nous avons déjà discuté du mode de délégation de l’assainissement collectif, nous discuterons plus tard dans le mandat du mode de gestion de l’eau potable mais ce soir, c’est de la mise en place d’un contrat unique de délégation de service public (DSP) concernant le service public d’assainissement collectif, le service public d’assainissement non-collectif et du service public de gestion des eaux pluviales dont nous discutons.

Nous en avions déjà débattu en octobre. Et je suis heureuse que cette délibération nous donne l’opportunité de poursuivre la réflexion.

Le choix que nous faisons ici nous engage pour les 6 ans à venir. C’est l’occasion pour moi de revenir sur la défense du principe de la régie afin que chacun ici l’ait en tête lorsque nous aurons le débat sur le service d’eau potable.

Car le débat sur le mode de gestion n’est pas simplement une question technique et financière. C’est un choix éminemment politique. Nous en décidons

La tentative de prise de contrôle de Suez par Veolia est un risque majeur pour la qualité du service public. 

Les élus locaux ont massivement fait connaître leur crainte sur les conséquences de cette fusion. Nous savons tous ce que l’absence de concurrence dans le cadre d’une DSP conduit à une dégradation rapide du service. 

C’est au moins une bonne raison pour poursuivre cette réflexion. Mais ce n’est heureusement pas la seule. La gestion en régie n’est pas une fiction. C’est une hypothèse que nous devons garder à l’esprit, surtout si demain le service public devait se dégrader rapidement. De nombreuses collectivités comme la Métropole de Lille sont finalement arrivées à ce constat. 

Les conditions favorables que nous avons connues ces 10 dernières années ne vont peut-être plus exister les 10 prochaines années.  Il va falloir l’anticiper.

La CAHC a souhaité être accompagnée par un Assistant à Maîtrise d’Ouvrage (AMO) afin d’analyser les différents modes de gestion possibles sur le territoire et de nous aider à la décision pour choisir le plus adapté pour chaque service.

On y retrouve l’argumentation classique des cabinets d’expertise (AMO), souvent proches du privé, et qui, c’est le moins que l’on puisse dire, n’ont pas l’habitude de pousser à une gestion en régie.

En effet, on fait dire ce que l’on veut aux grilles de comparaison entre les différents types de gestion. Si on recherche la tranquillité (pas de risques – ne pas avoir à bâtir une régie) on choisira une DSP, surtout que Véolia est déjà en place et qu’il a de forte chance de remporter un éventuel appel d’offre. Mais si on met en avant la transparence totale, la simplicité dans les décisions puisque les services techniques sont sous la main, l’absence de bénéfices, la participation des usagers, etc : on choisit une régie.

Des pistes en faveur de la régie n’ont d’ailleurs pas été étudiées par le rapport: une coopération pourrait notamment s’établir entre les communautés du pôle métropolitain de l’Artois. La CALL et Béthune-Bruay sont juste à côté, et la CABBLR vient justement de décider de mettre en place une régie, une expérience qui peut être utile. Des problèmes d’échelle peuvent donc être résolus à court ou moyen terme.

Les communautés ne sont par ailleurs pas seules face à la mise en place d’une régie: France Eau Publique regroupe les plus importantes communautés en régie et peut fournir de l’aide. Ces coopérations permettent de contrecarrer l’argument « mutualisation des moyens » favorable à Véolia.

Pour garantir la préservation d’un bien commun, nous devons collectivement assurer le meilleur contrôle du meilleur service rendu. Et c’est en régie que ce service est mieux contrôlé !

Pour finir, puisqu’en réalité, concernant l’assainissement, le choix de la DSP a déjà été avec le futur délégataire :

 Je voulais attirer votre attention sur deux points à négocier avec le futur délégataire. La « part délégataire » parait à ce jour élevée et pourrait, j’en suis sure, donner lieu à une renégociation plus avantageuse ;

La participation des usagers est à ce jour quasiment inexistante. Cela pourrait être discuter avec le prochain délégataire. En 2012 par exemple, suite à des manifestations d’usagers réclamant une étude de retour en régie, la CALL avait accordé la création d’un observatoire de l’eau avec participation de représentants d’usagers, avec une réunion minimum/an. Cette clause, bien que partiellement respectée, avait été inscrite au contrat. C’est à mon avis une bonne idée à reprendre et à appliquer. Je suis sure qu’elle recevra un accueil favorable dans cette assemblée ! »

Lancement d’une commission d’enquête parlementaire sur « la mainmise sur l’eau par les intérêts privés »

ACTU ENVIRONNEMENT:   « Le groupe France insoumise a décidé de faire fonctionner son droit à lancer une commission d’enquête et cette année nous avons choisi le thème de l’eau »

 » Cette commission réaffirme que l’accès à l’eau et l’assainissement est le défi du siècle. L’accès à l’eau est mis en danger par le réchauffement climatique mais aussi par son accaparement par des multinationales » 

https://www.actu-environnement.com/ae/news/commission-enquete-parlementaire-mainmise-ressource-eau-france-insoumise-36988.php4

« Le groupe France insoumise a décidé de faire fonctionner son droit à lancer une commission d’enquête et cette année nous avons choisi le thème de l’eau », a indiqué Jean-Luc Mélenchon. Le président de La France insoumise (LFI) à l’Assemblée nationale a annoncé mercredi 3 février le lancement de la commission d’enquête parlementaire relative à la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences. « Cette commission réaffirme que l’accès à l’eau et l’assainissement est le défi du siècle. L’accès à l’eau est mis en danger par le réchauffement climatique mais aussi par son accaparement par des multinationales », a affirmé Mathilde Panot, député la France insoumise du Val-de-Marne et future présidente de la commission d’enquête.

Cette initiative s’inscrit notamment dans la continuité de la proposition de loi du groupe en janvier 2018 qui visait à faire de l’eau un droit inaliénable. Proposition aujourd’hui renvoyée en Commission des lois constitutionnelles. « Le cycle de l’eau est brisé par l’artificialisation du sol (…) Un second problème est sur la question de la qualité : nous nous rendons aveugles sur les métabolites dans l’eau potable, liés à la présence de pesticides dans les nappes, a noté Loïc Prud’homme, co-auteur de deux rapports parlementaires sur la question. La problématique de l’eau est technique mais doit être réglée par un abord politique ».

Dans un contexte de tension sur la ressource, le groupe déplore également la privatisation à prévoir des barrages. « Nous pensons auditionner des acteurs tels que Veolia, Suez, Danone, Nestlé, des experts mais également les ministères, les agences de l’eau et les autorités organisatrices, pour comprendre le rôle que prend l’État dans cet accaparement de l’eau par des entreprises privées », a précisé Mathilde Panot. La députée souhaite accorder une attention particulière aux cas identifiés en Outre-mer. La commission devrait également se pencher sur le projet de rachat de Suez par Veolia.

Réglementairement, une commission d’enquête comprend des parlementaires de tous les groupes, dans la limite de 30 députés et de 21 sénateurs et doit durer six mois au maximum.

Le groupe LFI compte sur une remise des résultats des travaux en juillet.