COMMENT CALCULER LE PRIX DE L’EAU

Nos factures habituelles (mais qui n’existent pas dans les logements collectifs), et aussi taxe pluviale urbaine, taxe Gemapi, taxe pour l’assainissement non collectif, dépollution des rejets agricoles et industriels …

Avec sa verve habituelle, Marc Laimé, défenseur de la gestion publique de l’eau, consultant national et grand connaisseur dans le domaine de l’eau, nous livre un article sur le sujet.

Comment calculer le prix de l’eau

Marc Laimé:      http://www.eauxglacees.com

            et    http://blog.mondediplo.net/-Carnets-d-eau-

AUTOUR DE LA SÈCHERESSE

Trois documents parmi d’autres à propos des phénomènes de sècheresse, maintenant récurrents.

1- Un bon reportage d’ARTE qui souligne notamment: – l’agriculture intensive accentue la sècheresse – la PAC favorise cette agriculture intensive – la production en Agriculture Biologique est plus abondante en cas de sècheresse ….

2 – Un article de Reporterre sur l’irrigation avec des eaux usées.

Pas forcément une bonne solution …

https://reporterre.net/Irriguer-avec-des-eaux-usees-une-bonne-idee 

 3 – La mise en place de « mégabassines » – grosses retenues d’eau pour l’irrigation – voulue par le gouvernement et la FNSEA suscite de fortes oppositions.  Ici, un article de Marc Laimé.

http://www.eauxglacees.com/Deux-Sevres-le-printemps-maraichin

Avec un point commun qui est la modification nécessaire de notre agriculture et l’attention portée à nos sols agricoles.

On aura aussi noté que pendant les sècheresses, le business de l’eau embouteillée continue, sans être touché par les restrictions, et au détriment des nappes et des habitants.   Mail d’ une adhérente (Angélique): « Sècheresse dans les Vosges , Nestlé se gave » –  Lettre ouverte au préfet.

Lettre ouverte août 22

Et aussi:  envoyé par Jacques Ch.

Encore des retours: Epernay et Corbeil Essonne

* Depuis le 1er janvier, la gestion de l’eau potable est désormais assurée en régie publique par Epernay agglomération. Après plus d’un siècle de gestion privée, assurée par la Société des eaux, devenue ensuite Veolia, l’intercommunalité a décidé de reprendre la main sur la gestion du service, l’entretien et l’exploitation du patrimoine de production, de distribution, la facturation, la relation avec les abonnés ou encore le déploiement des compteurs.

http://www.lhebdoduvendredi.com/article/42165/la-gestion-de-leau-potable-devient-publique

  A noter qu’Epernay agglomération fait 48 000 h;  à comparer avec la Communauté d’Agglomération d’Hénin Carvin de 126 000 h,  dont l’expertise estime que « le territoire est trop petit pour assumer une gestion en régie » la VDN.

 

* La ville de Corbeil Essonne est passée en régie publique ce 1er janvier 2022 et rejoint la régie de Grand Paris Sud.

https://eau-iledefrance.fr/corbeil-essonnes-en-regie-publique-depuis-le-1er-janvier-2022/

VARENNE AGRICOLE DE L’EAU ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Avec le changement climatique, la gestion quantitative de l’eau devient primordiale. L’utilisation de l’eau en agriculture est en première ligne.

Plusieurs associations refusent les conclusions du « Varenne de l’eau et du changement climatique ».

    * Remettre en cause le modèle de développement agricole, plutôt que de miser sur les solutions technologiques.

* La sobriété dans l’usage de l’eau ne pourra être atteinte qu’en soutenant une transition vers l’agroécologie.

* L’eau y est trop mise en avant comme un moyen de sécuriser la production agricole, alors qu’elle est avant tout un bien commun.

L’idée des PTGE (Projets des Territoires pour la Gestion de l’Eau) est qu’avant de construire de nouveaux ouvrages, il faut un diagnostic partagé sur les besoins réels et sur ce que le milieu peut fournir.

…………    à lire:

Varenne agricole de l’eau et du changement climatique

Le gouvernement ouvre les vannes pour l’agriculture intensive

 

EPERNAY AGGLO et CORBEIL ESSONNE EN REGIE CE 1er JANVIER 2022

Depuis le 1er janvier, la gestion de l’eau potable est désormais assurée en régie publique par Epernay agglomération. Après plus d’un siècle de gestion privée, assurée par la Société des eaux, devenue ensuite Veolia, l’intercommunalité a décidé de reprendre la main sur la gestion du service, l’entretien et l’exploitation du patrimoine de production, de distribution, la facturation, la relation avec les abonnés ou encore le déploiement des compteurs.

http://www.lhebdoduvendredi.com/article/42165/la-gestion-de-leau-potable-devient-publique

  A noter qu’Epernay agglomération fait 48 000 h;  à comparer avec la Communauté d’Agglomération d’Hénin Carvin de 126 000 h,  dont l’expertise estime que « le territoire est trop petit pour assumer une gestion en régie »    la VDN.

 

* La ville de Corbeil Essonne est passée en régie publique ce 1er janvier 2022 et rejoint la régie de Grand Paris Sud.                                        (par « coordination eau »)

https://eau-iledefrance.fr/corbeil-essonnes-en-regie-publique-depuis-le-1er-janvier-2022/

L’eau qui mord

Nom, prénom Renée Lise ROTHIOT
Adresse mail leauquimord88@gmail.com
Organisation L’eau qui mord et Collectif Eau 88
Ville VITTEL
Message Bonjour,
Je me permets d’ attirer votre attention sur :- ce reportage d’Arte « A sec – La grande soif des multinationale »s sur notre lutte à Vittel contre Nestlé et celle de nos alliés de Volvic contre Danone et de Luneburg (Allemagne) contre Coca-Cola
https://www.arte.tv/fr/videos/099777-000-A/a-sec-la-grande-soif-des-multinationales

– cette publication du Collectif de journalistes indépendants We Report parue dans Mediapart et Zeit Inline, suite à la cessation des ventes de VITTEL-Nestlé par LIDL en Allemagne
https://www.mediapart.fr/journal/economie/181021/eau-lidl-plonge-la-marque-vittel-dans-la-crise
https://www.zeit.de/wirtschaft/2021-10/lidl-nestle-vittel-plastikflaschen-plastikmuell-umweltschutz-einzelhande

La lutte continue !
Bien à vous
Renée Lise Rothiot, L’eau qui mord

https://www.leauquimord.com/

L’OGRE VÉOLIA CROQUE SUEZ

 L’Ogre Veolia  a croqué Suez à coup de surenchère sur le prix de l’action.

Un article de la coordination eau Ile de France

19 avril 2021

Voilà quelques jours le rideau tombait sur l’un des combats boursiers les plus féroces de la place de Paris. L’Ogre Veolia  a croqué Suez à coup de surenchère sur le prix de l’action.

La Coordination EAU Île-de-France avait déjà dénoncé (lire ici) cette opération qui, selon nous, sera une catastrophe pour les personnels des deux sociétés, pour les usagers de l’eau mais aussi pour les services de l’eau en gestion délégué (les DSP) avec la disparition de la petite concurrence que se faisaient ces deux sociétés.

Ce que nous n’avions pas imaginé c’est l’implication du pouvoir au plus haut niveau dans l’évolution de cette affaire. Selon l’enquête de Martine Orange dans Médiapart, victoire de Veolia sur Suez: un succès par complicité politique, par-delà le rôle trouble du ministre Le Maire qui avait choisi le camp de Veolia dès le départ, on voit apparaitre Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée, un ancien conseiller de l’Elysée, le responsable des levées de fonds pour la campagne d’En Marche, le beau père d’un ministre et bien d’autres. Est-ce que chacun se gave au passage, l’avenir le dira peut-être.

En dehors des actionnaires de Veolia, de Suez et de la Macronie, il n’y a que des perdants dans cette affaire.

Les salarié.e.s de Suez car ils vont passer à la moulinette des futurs acheteurs: leurs représentants l’ont bien compris car ils sont les seuls à s’être opposés jusqu’au bout à l’opération boursière.

Les salariée.s de Veolia car cette opération aggrave très lourdement un endettement déjà conséquent et va donc accentuer la casse déjà en cours, avec une succession de plans sociaux ces dernières années.

Les usager.e.s de l’eau car, à la fin, il faudra bien que quelqu’un paye cette opération boursière. Beaucoup de dettes, pas de concurrence, tout ira pour le mieux dans les délégations de service public et autres SEMOP de Veolia, en tout cas c’est bien ainsi que le voit Antoine Frérot.

Cette farce nous renforce et nous rend encore plus déterminé.e.s dans notre combat de tous les jours.

Personne n’a le droit de faire de l’argent sur le dos de ce Bien Commun qu’est l’EAU.

Plus que jamais il faut revenir partout à une gestion publique et citoyenne de l’eau.

Partout les citoyen.ne.s, les élu.e.s, les personnels doivent unir leurs forces pour faire de l’EAU PUBLIQUE un enjeu du 21ème siècle.

Eau douce : l’urgence à limiter nos besoins

La question du manque d’eau douce se pose de plus en plus, même en France où le climat est pourtant tempéré. Quelle est la situation aujourd’hui, et qu’en sera-t-il demain avec le réchauffement climatique ? Evolution des prélèvements, du niveau des rivières et des nappes phréatiques, de la pluviométrie… Le point avec Claire Magand, hydrologue à l’Office français de la biodiversité.

L’age de faire Eau douce  l’urgence à limiter nos besoins